Immobilier commercial, à bureaux, industriel et multilogement. Que nous réserve 2022?

Le 15 mars 2022

Par Michel Limoges, courtier immobilier agréé de l’équipe Ayotte

Au moment où j’écris ces lignes, les risques ne manquent pas : guerre en Ukraine et la possibilité qu’elle s’étende, inflation importante et qui pourrait continuer d’augmenter, hausse des taux d’intérêts, problèmes logistiques… Et pourtant les marchés immobiliers se portent toujours bien. Qu’en sera-t-il pour le reste de l’année 2022?

 

Des emprunts plus coûteux à cause de la hausse des taux d’intérêts

Pour lutter contre l’inflation qui atteint des records depuis 30 ans, la Banque du Canada a relevé son taux directeur d’un quart de point le 2 mars dernier. Il passe ainsi à 0,50 %, son niveau le plus élevé depuis 1991.  

Cette décision a bien sûr incité nos grandes banques à augmenter leurs taux d’intérêt préférentiels. Résultat : le coût des emprunts, notamment celui des hypothèques à taux variable, va lui aussi s’élever. Et ce ne serait qu’un début. En effet, des analystes prévoient que le taux directeur pourrait atteindre 2 % d’ici la fin de 2022, et 2,5 % en 2023.

Bien sûr, de telles augmentations, sans compter la concrétisation de l’un ou l’autre des risques que j’ai mentionnés, pourraient ralentir l’ardeur des investisseurs dans tous les marchés immobiliers. Or, comme je l’explique dans la suite de cet article, ces marchés montrent tout de même de bonnes perspectives, et il y a des opportunités à saisir.

 

Immobilier commercial : réaffectations et reconversions

J’ai observé un léger ralentissement en début d’année en immobilier commercial. Or, l’offre est toujours insuffisante par rapport à la demande. De plus, la reprise économique post-pandémie et le retour graduel des gens à leur lieu de travail devraient profiter fortement aux magasins ayant pignon sur rue et, par conséquent, favoriser les investissements pour ce type d’immeubles.

En fait, selon l’étude Perspectives de CBRE sur le marché de l’immobilier au Canada, les transactions en immobilier commercial canadien pourraient atteindre un record absolu de 58,5 milliards de dollars en 2022.

Les propriétaires de centres commerciaux ont pourtant connu des moments très difficiles à cause de la pandémie. Cela étant dit, beaucoup d’acheteurs ont su dénicher d’excellentes opportunités ou implanter des projets de réaffectation ou de reconversion en immeubles multirésidentiels ou à usages mixtes.

Repositionnement et reconversion, voilà des possibilités pour rentabiliser les actifs commerciaux en 2022. Selon HUB International, le secteur commercial est en train de se transformer profondément, comme en témoignent certains centres commerciaux qui sont devenus entrepôts, espaces de divertissement ou de restauration. Ce type de reconversion devrait s’accélérer, prévoit aussi la société de courtage d’assurance.

De plus, on constate que de nombreux détaillants et centres commerciaux sont en train de changer leur modèle d’affaires, en mettant par exemple davantage l’accent sur l’expérientiel dans leurs locaux physiques.

Oui, malgré la tendance grandissante aux achats en ligne, le commerce de détail est là pour rester! À ce sujet, lisez notre article Pourquoi investir dans l’immobilier commercial.

 

Bureaux et immeubles industriels : des secteurs en mutation

Malgré les confinements et le télétravail, les immeubles à bureaux ne disparaîtront pas non plus. Si les investissements dans ce secteur ont connu une baisse, que j’observe toujours au premier trimestre 2022, le marché offrira de bonnes opportunités dans les prochains mois, d’autant plus que le retour en masse des travailleurs à leur bureau se poursuit.

Là aussi, on parle d’un marché en pleine transformation. À cause du télétravail qui se généralisera à mi-temps pour bien des employés, beaucoup d’entreprises repensent la taille et l’aménagement de leurs locaux, afin de les rendre plus attirants et stimulants pour le personnel.

Comme l’a indiqué la Banque du Canada (BDC), « la pandémie a accéléré la réflexion sur la manière dont les bureaux s’intègrent dans l’écosystème global des milieux de travail. Leur fonction est en train d’être repensée, et non pas éliminée. »

En outre, CBRE Canada prévoit que, « dans le domaine des technologies, les occupants qui ont leur siège social aux États-Unis reprendront leurs plans d’expansion au Canada, ce qui dynamisera la demande exprimée pour les locaux à usage de bureaux haut de gamme », et nos centres urbains en profiteraient.

Quant au secteur immobilier industriel, qui était déjà très fort en 2021, il devrait aussi connaître une grande demande en 2022. Selon la BDC, l’immobilier industriel restera solide, grâce à l’augmentation des achats en ligne. En effet, cette croissance, ainsi que les difficultés actuelles en logistique, stimule la demande pour des entrepôts et des centres de distribution, ou encore pour des locaux qui pourraient être convertis en de telles installations.

Immobilier multilogement : un excellent choix en 2022

Un immeuble multilogement a toujours été et continuera d’être un excellent actif, surtout dans les conditions actuelles, qui devraient se prolonger au cours de 2022.

En effet, dans un contexte d’augmentations de salaires (pour fidéliser des employés trop rares en temps de pénurie de main-d’œuvre), de plein emploi et de faible taux d’inoccupation des logements, la demande pour ceux-ci est au rendez-vous. Acheter un immeuble multilogement peut être encore rentable, surtout que les prix de vente pourraient devenir plus stables ou n’augmenter que légèrement, après 10 ans d’augmentations soutenues.

Vous souhaitez acheter ou vendre un immeuble industriel, commercial, à bureaux ou multilogement? Parlez-nous de votre projet, et nous serons heureux de vous aider à en faire un succès. Contactez-nous dès maintenant.

Par Léonie